Description du poste

Les objectifs de la thèse sera donc de :

  • développer une méthodologie de suivi de durée de vie des composants d’ancrage à l’aide des mesures effectuées en mer (tensions, angles, mouvements flotteurs, environnement) et des méthodes et outils de calcul existants. Cette méthodologie doit permettre de quantifier périodiquement (mensuellement) l’endommagement potentiel des composants et de programmer les opérations de maintenance,
  • développer une méthode et des outils d’alerte pour prévenir les risques de déradage et les conséquences (alimentation des plans de prévention en exploitation et d’urgence préconisés par le SG Mer),
  • consolider ou adapter les méthodes de prédiction des réponses extrêmes et de durée de vie utilisées dans les phases de conception à partir des mesures in-situ. Des propositions sur l’évolution des méthodes de conception et des coefficients de sécurité pourront en être déduites.

Plus concrètement, le travail devra s’articuler ainsi :

Phase 1 : méthodologie

  1. Reprise et synthèse de l’étude bibliographique menée actuellement à Centrale Nantes sur le sujet du suivi en service des lignes d’ancrage.
  2. Reprendre le travail mené par C. Spraul sur les câbles dynamique pour l’adapter à l’ancrage.
  3. En déduire les méthodes de recalage (résolution du problème inverse) en y intégrant les travaux sur la fatigue probabiliste menés à l’UN.

Phase 2 : moyens de mesure

  1. Analyse de sensibilité sur différents types d’ancrages et d’éolienne flottante pour définir des gammes de mesures pour les paramètres clés identifiés en phase 1.
  2. Etudier et proposer des méthodes pour quantifier la fiabilité des moyens de mesure existants et proposer des pistes d’amélioration (Etat de l’art de l’existant déjà réalisé en phase 1 tache 1)
  3. En fonction des résultats des tâches précédentes: proposer une ou plusieurs spécifications pour les capteurs « du futur »

 Phase 3 : Combiner phase 1 et 2, vers un outil performant

  1. Utiliser les résultats des mesures en mer et les modèles calibrés BMTO (calibration = travail assigné à Hong Duc prévu dans MHM) pour tester la méthodologie de suivi de la durée de vie.
  2. Reprendre les systèmes d’alerte développés dans le MIM et les appliquer sur les résultats du calcul de fatigue.
  3. travailler sur la scalabilité des travaux sur le BMTO vers FLOATGEN

 Les travaux s’articulent autour de deux thèses déjà en cours. Une Interaction forte est donc à prévoir avec deux autres doctorants sur les sujets suivants :

  1. Caractérisation des mécanismes de fatigue sur les ancrages synthétiques, amélioration des modèles numériques avec une meilleure représentation du comportement du matériau et vérification avec des essais en mer.
  2. Suivi en service de la biocolonisation sur les lignes d’ancrage. Et quantification de l’apport du suivi en service (action COST SHM TU 1402)

Bien que le poste soit affecté à l’équipe SEM-REV, il est de nature transverse entre les équipes de recherche du LHEEA et du GEM. Les travaux seront réalisés en coordination avec deux autres doctorants sur la même thématique.

Modalités de candidature

Merci de soumettre un CV à jour, accompagné d’une lettre ou d’un email décrivant votre motivation, par e-mail aux trois adresses citées en contact.