Ruptures scientifiques et innovation

Le projet ORIGAMI vise à traiter l’intégration de la production d’énergie des systèmes EMR d’un point de vue multidisciplinaire, en prenant en compte notamment l’hydrodynamique, le génie électrique, la surveillance de l’environnement et la modélisation. Il repose sur trois piliers :

Acquérir un retour d’expérience unique des infrastructures du SEM-REV

Modéliser l’ensemble de la chaîne électrique de la ressource jusqu’au réseau

Intégrer des composants et des nouvelles méthodes pour tester des systèmes innovants de stockage, de suivi en service des installations et des systèmes hybrides

 

Dans le cadre de l’appel à projet WEAMEC-2019, le projet ORIGAMI a pour but d’initier la collaboration et traitera plusieurs problématiques :

  • Définir comment gérer la co-activité électrique sur les parcs de production hybrides : réalisation du cahier des charges de la sous-station électrique qui sera déployée en 2020 par le développement d’un modèle de simulation de type Wave-to-Wire, sur la base des résultats du projet Sea-Storage
  • Réaliser le suivi en service des infrastructures critiques comme le câble : réalisation d’un prototype d’appareil de diagnostic des ombilicaux basé sur l’identification dans le domaine temporel des paramètres d’un modèle de type multi-ligne de transmission dont la validation théorique a été réalisée précédemment dans le projet ANR EMODI. Ce système à bas coût de détection précoce de la rupture de la barrière d’étanchéité de l’ombilical est destiné à être installé au niveau de l’éolienne et/ou de la sous-station électrique
  • Evaluer la possibilité d’optimiser les infrastructures électriques existantes et quantifier la puissance optimisée, ce qui constitue la suite logique du projet BlueGrid, mené par le SATIE, en collaboration avec l’IREENA, et ce à la suite d’une précédente collaboration dans le projet ANR EMODI.

Le projet propose une collaboration forte entre laboratoires ligériens et repose d’une part sur l’expertise unique de l’IREENA, du SATIE et du CEA en génie électrique et sur celle du LHEEA en ingénierie océanique et d’autre part sur une exploitation intégré de l’ensemble des moyens d’essais du laboratoire au site SEMREV.

Le projet constitué permettra ainsi de couvrir l’ensemble de la chaîne de conversion par une approche systémique et expérimentale menée sur les infrastructures de la plateforme SEANergy du CEA Tech au Technocampus Océan et du site d’essais en mer SEM-REV, opéré par Centrale Nantes.

Impact technique et économique attendu

  • Démonstration de l’utilisation des infrastructures électriques, principalement le câble d’export du SEM-REV, à plus de 8MW (ce pourquoi il a été dimensionné à l’origine) grâce aux modélisations réalisées et aux données réelles du SEM-REV en fonctionnement
  • Le projet permettra de développer et valider l’appareillage de diagnostic des ombilicaux développé par l’IREENA dans le cadre d’EMODI, avec une intégration réussie sur la sous-station électrique
  • Rédaction des spécifications d’un laboratoire électrique flottant pour tester des d’architectures de conversion et stockage innovantes, ainsi que des équipements de monitoring
  • Initiation de deux thèses entre 2021 et 2022 ou définition de plusieurs projets de recherche pour la suite en collaboration entre le SEM-REV, l’IREENA et le CEA-TECH

Dates clés du projet

  • Novembre 2019 - Démarrage du projet
  • Novembre 2020 - Prototype d’appareillage de diagnostic des ombilicaux intégré et transportable
  • Mars 2021 - Calibration expérimentale du modèle W2Wire
  • Juin 2021 - Rapport d'essais sur site SEMREV
  • Novembre 2021 - Spécifications de la sous-station flottante
  • Novembre 2021 - Clôture du projet

Démonstrateur

Prototype d’appareil de diagnostic pour la détection précoce de la rupture de la barrière d’étanchéité des ombilicaux.