GT Acceptabilité n°3

Synthèse du 3ème GT Acceptabilité

| 13 avril 2021

contexte et objectifs du gt acceptabilité weamec

Constats initiaux :

  • Acceptabilité a été (est) un facteur de retard de la filière
  • La communauté WEAMEC a une double compétence technique et SHS
  • Peu de projets sur ce thème

Participants au GT :

  • Des acteurs académiques Centrale Nantes – Université Nantes – IFREMER – ENSM – CNAM avec des compétences spécifiques en SHS.
  • Pôles de compétitivité : PMBA, EMC2, S2E2.
  • Entreprises (développeurs – exploitants) : EDF_EN, EMYN, EOLFI, WPD, RES-GROUP, VATTENFALL, RTE.
  • FEM
  • Exploitant site expérimental : SEM-REV (Centrale Nantes)
  • Syndicats professionnels : FEE et SER.

Objectifs :

  • Faire émerger des actions et projets collaboratifs à mener en faveur de l’acceptabilité

Double démarche

  • Long terme :
    • Identifier les verrous de l’acceptabilité et proposer des projets collaboratifs sur les priorités identifiées dans le cadre de guichets régionaux, français et Européens.
    • Démarche amont (méthodes, données,…) ne devant pas se substituer aux discussions et débats organisés par les développeurs de parc et l’état.
  • Court terme :

Quatre grandes familles de projets de recherche potentiels ont été identifiées :

Axe 1 – Méthodes innovantes de débats publics

Au-delà des éléments détaillés dans la synthèse complète, qui peuvent permettre d’orienter la réflexion sur la mise en œuvre des futurs débats publics,  il ne se dégage pas à ce stade de piste concrète pour un projet de recherche sur ce premier axe.

Lors du prochain GT, le CNAM présentera des méthodes de débats innovantes, déjà mises en œuvre dans le cadre de la 5G par exemple, pour illustrer de manière concrète la plus-value de telles méthodes et en tirer des propositions pour les débats autour de l’éolien offshore, voire un sujet de projet de recherche.

Des connexions avec l’axe 2, notamment sur l’extension spatiale et temporelle   du périmètre des débats, mais qui nécessite sans doute une planification spatiale long terme mieux définie pourraient permettre de dégager des opportunités de projets de recherche.

Intérêts déclarés pour poursuivre la réflexion : CNAM, FEE, EDF-EN, EOLFI-SHELL, WPD, UN,  SER, WEAMEC.

 

Axe 2 – Méthodes de planification maritime

L’objectif serait d’appréhender les limites du modèle français actuel basé sur les DSF, d’analyser les autres démarches européennes pour les pays ayant déjà déployé l’éolien offshore assez massivement (Allemagne, RU, Pays-Bas, Belgique, Danemark) et de proposer des méthodes alternatives (puissances allouées par macro-zones par exemple) permettant de mieux projeter le positionnement des futurs parcs éoliens sur l’ensemble des façades françaises à un horizon lointain (50 GW en 2050), via une planification spatiale et temporelle transparente et assumée.

Cela pourrait être un préalable à un changement d’échelle de la concertation du public, vers une concertation à plus long terme et non basé sur des projets individuels. Cette démarche éviterait des effets de « saturation » du public, et favoriserait un dialogue plus global avec d’autres usagers de la mer, dont notamment les pêcheurs. Cependant, il ne faut pas que ce changement d’échelle s’opère au détriment de l’adhésion du public. C’est sur cette articulation changement d’échelle/acceptabilité que le GT pourrait mener sa réflexion. En effet, plus les débats sont fragmentés, plus ils sont sujets à l’expression d’intérêts particuliers.

Les ateliers participatifs de la Chaire maritime vont concerner la zone NAMO comme cas d’application, pour l’ensemble des activités humaines en mer, dont l’éolien offshore,  et vont se dérouler en deux temps :

  • mai – juillet 2021 : état des lieux des méthodes pour caractériser les activités humaines en mer (spatialement et économiquement) : pêche, plaisance, trafic marchand, granulat, défense, éolien offshore,… L’éolien offshore est sans doute l’une des activités les plus faciles à cartographier.

Pour cette première phase (Voir présentation de Sarah Petrovitch), des cartes pour chaque activité seront présentées et discutées en plusieurs petits groupes menés en parallèle. Les limites de représentations seront mises en évidence. La chaire va inviter les participants du GT acceptabilité WEAMEC qui se sont déclarés intéressés, à savoir : FEE, EDF-EN, EOLFI-SHELL, WPD, VATENFALL, SER, WEAMEC

  • septembre-Novembre 2021 : des propositions seront élaborées pour dépasser les limites de représentations identifiées lors de la première série d’ateliers. Cela permettra de co-construire un scénario de planification « évolutif » vis-à-vis d’évènements sociaux, économiques, climatiques,… sous la forme de travail collaboratif et de jeux de rôle.

A l’issu de ce travail, il sera fait  un point en GT Acceptabilité WEAMEC, vers Novembre 2021, en recentrant les conclusions sur l’éolien offshore.

 

Axe 3 – Consolidation du Retour d’Expérience

L’axe 3 concerne la consolidation du retour d’expérience sur les différentes phases de vie d’un parc éolien offshore, qui existe, mais souvent de manière dispersée, même si des premières synthèses ont d’ores et déjà été réalisées (The social acceptance of wind energy, Impact des parcs éoliens offshore en Belgique, Document de la CPDP de Normandie).  L’objectif du projet serait de construire sur la base de la bibliographie existante, une synthèse plus complète dans le temps et l’espace et portant à la fois sur les volets environnementaux, sur les interactions avec les pêcheurs, sur le tourisme, sur les bonnes pratiques pour favoriser l’acceptabilité, sur les études d’acceptabilité elle-même menées

> Voir la présentation : Synthèses des travaux et proposition du projet DATA-Map sur le sujet « pêche » (Brice Trouillet – UN)

Améliorer le traitement des données « Valpena », c’est donner les moyens aux pêcheurs de négocier, et donc c’est permettre les conditions du dialogue.

Un projet sur ce thème a été proposé dans le cadre de l’AAP Recherche WEAMEC 2021 (Voir exposé de Brice TROUILLET). Sur les 135 études qui ont utilisé les données VALPENA, 1/3 environ ont servis aux discussions avec les énergies marines et très majoritairement avec l’éolien offshore. VALPENA est donc indiscutablement un outil d’accompagnement des politiques publiques pour l’acceptabilité des EMR vis-à-vis de la filière pêche. A ce stade 4000 navires sur toutes les façades françaises alimentent la base de données VALPENA, ce qui représente plus de 10 000 enquêtes, qui contiennent plusieurs  types d’informations : localisation des pêches (maille de 3 miles *3 miles), date des pêches, espèces majeures pêchées, engins de pêche, intensité de la pêche. Ces enquêtes sont donc complémentaires des mesures AIS (qui d’autre part ne prennent pas en compte les bateaux de moins de 12 m) et VMS qui peuvent apporter des résolutions spatiales plus fines.

Le projet DATA-Map se propose de mettre au point des méthodes d’analyses optimisées sur la base des données Valpena, en améliorant leur représentation : mode de représentation dynamique, avec une représentation de valeurs « moyennes » sur plusieurs années qui sont à définir, avec des méthodologie pour prendre en compte des années exceptionnelles, avec la prise en compte d’effet cumulés comme les zones marines protégées et le développement éolien, étude de la complémentarité avec les données AIS et VMS,…

Le SEM-REV sera notamment associé à ce projet dans le cadre du comité de pilotage, ainsi que les autres participants du GT intéressés : FEM, EDF-EN, EMYN, EOLFI-SHELL, VATTENFALL, WPD, RTE, SER, WEAMEC. Il y aurait un intérêt fort à associer les services de l’état à ce COPIL.

 

Axe 4 – Connaissance des ressorts de l’acceptabilité

L’axe 4 ciblerait une meilleure connaissance des ressorts de l’acceptabilité, et viserait à renforcer la connaissance objective des points difficiles (interaction avec la pêche, impact paysage, baisse potentielle de la valeur des biens immobiliers, valeur écologique et économique de l’éolien en mer auprès des publics…), en les identifiant de manière la plus exhaustive possible puis en évaluant leur importance quantitative et relative, à la fois pour un public large et pour différents types de populations (professions spécifiques, proches ou moins proches d’un parc par exemple).

 

Exposé du 27/01/2021 : L’évaluation économique de l’acceptabilité sociale du développement de l’éolien en mer. (Olivier JOALLAND – UN).

Le post-doctorat se poursuivra sur ce thème jusque février 2022. O. JOALLAND présentera l’avancée des travaux lors du prochain GT.

Une suite pourrait être envisagée sur les impacts pour les prix immobiliers, et l’attractivité touristique à l’AAP recherche WEAMEC 2022.

Les sociologues du CNAM ainsi que les autres participants académiques et industriels du GT intéressés par la problématique seront invités à participer au COPIL du projet si celui-ci était déposé en 2022.

 

Exposé du 27/01/2021 : les EMR, une solution pérenne pour la construction d’une société post-carbone ? (Saliha HDNA – CNAM)

L’approche est plus sociologique et repose sur des entretiens plus qualitatifs avec un échantillon représentatif de la population, plutôt que sur des enquêtes basés sur des réponses à des scénarios prédéfinis. La démarche est donc très complémentaire de celle du LEMNA.

Un projet pourrait-être déposé dans le cadre de de l’AAP recherche WEAMEC 2022.

Les économistes du LEMNA ainsi que les autres participants académiques et industriels du GT intéressés par la problématique seront invités à participer au COPIL du projet.

 

Intérêts déclarés  axe 4 : FEM, FEE, EDF-EN, EOLFI-SHELL, WPD, UN, SER, WEAMEC

 

prochain GT

Le prochain GT est programmé le 05 juillet 2021 matin

Ce sera l’occasion de faire un point des différentes actions listées dans ce CR.

TÉLÉCHARGER LES PRÉSENTATION DU 3ème GT ACCEPTABILITÉ du 13/04/2021

GT ACCEPTABILITÉ PRÉCÉDENTS