Description du poste

L’enjeu de l’unité est de développer des connaissances et des méthodes pour l’approche écosystémique des pêches, et en particulier pour l’évaluation intégrée des écosystèmes. L’unité contribue à la définition des conditions d’une exploitation durable des ressources halieutiques et des écosystèmes. Son projet de recherche comporte trois axes thématiques : Mécanismes et réponses des composantes de l’écosystème aux pressions, Évaluation intégrée de l’état des écosystèmes et Evaluation de stratégies de gestion intégrée. S’y ajoute un 4ième regroupant les activités liées au Système d’information halieutique (SIH), l’expertise et la qualité.

L’impact des activités humaines sur le milieu marin, et en particulier sur les zones côtières, est étudié par la communauté scientifique depuis de nombreuses années, mais les travaux réalisés portent généralement sur un seul type de pression à la fois. L’effet combiné de plusieurs pressions est en revanche un objet d’étude plus récent, en raison notamment des difficultés méthodologiques qu’il représente et de l’absence d’information sur certaines pressions. L’évaluation de l’impact des pressions nécessite d’identifier les échelles spatiales et temporelles auxquelles elles agissent, de comprendre l’influence directe et indirecte des multiples pressions (e.g. changement climatique, altération des habitats, exploitation) sur les différents processus à l’échelle des populations (processus de recrutement, capacité d’accueil trophique) et des communautés (biodiversité et fonctionnalité).

Dans ce contexte, le/la chercheur.se vient renforcer les effectifs et compétences en écologie côtière de l’unité EMH.

Il/elle mène et participe à la recherche portant sur les impacts des multiples pressions sur les populations, communautés et écosystèmes aquatiques côtiers, afin de garantir leur résilience et leur productivité.

Il/elle contribue à la mise à disposition des observations pour la recherche et à l’appui à la puissance publique dans les cadres réglementaires de la convention Ifremer-MTES et de l’expertise sur les activités anthropiques.

Missions principales

  • Caractériser les impacts écologiques des multiples pressions en zone côtière, en particulier les impacts sur la sélection et la résilience des populations et communautés de poissons.
  • Prédire la réponse des individus, des espèces, des populations de poissons à différents scénarios d’évolution des pressions naturelles et anthropiques multiples, y compris des scénarios de restauration.
  • Contribuer à l’expertise nationale sur le domaine côtier (extraction granulats, EMR, etc.) et participer à différents groupes de travail internationaux (WGEXT – Effects of Extraction of Marine Sediments on the Marine Ecosystem, WGCEAM – Cumulative Effects Assessment approaches in Management, …)

Activités principales

  • Analyse intégrée des données d’observations (génotype, isotopes, acides gras, abondance, biomasse, biométrie, taille, …) sur le milieu côtier et développement d’indicateurs (individus, populations, diversité, communautés) pour évaluer l’effet cumulé des impacts multiples.
  • Evaluer les scénarios de pressions multiples sur la bande côtière.
  • Participation à l’expertise nationale (extraction de granulats, EMR) et internationale sur l’impact des pressions anthropiques et participation aux groupes de travail CIEM.
  • Elaborer des projets de recherche avec des partenaires nationaux et internationaux
  • Valoriser les travaux de recherche par la publication d’articles scientifiques
  • Prendre en charge l’encadrement de stagiaires, doctorants et post-doctorants

Champs relationnel

  • En interne : unités « halieutiques », unités GM, BE, PFOM et DYNECO, unités impliquées dans la DCSMM
  • En externe :
    • National : Office français de la biodiversité (parcs marins), ministères, Groupements de recherche
    • International : Groupes d’experts CIEM

Modalités de candidature

CANDIDATURE EN LIGNE

Date de clôture de réception de candidatures : 19/04/2021