Description du poste

Une offre de postdoc/ingénierie de recherche s’ouvre au sein du projet ABIOP+, qui vise à combler les lacunes en matière de connaissances concernant le processus de biocolonisation des éoliennes offshores flottantes (FOWT) et ses effets potentiels sur des composantes spécifiques des systèmes. Des approches méthodologiques visant à caractériser le biofouling dans ce contexte seront développées à partir d’analyses d’images.
Le candidat retenu travaillera à la fois à l’Université de Nantes (UN) dans l’Institut de recherche en Génie civil et Mécanique (GeM, UMR CNRS 6183), sous la supervision du Pr. Franck Schoefs (80 %) et à France Energies Marines sous la supervision du Dr. Nolwenn Quillien, chercheur en écologie marine au sein du Programme de R&D Intégration environnementale, Guillaume Damblans, responsable du Programme de R&D Dimensionnement et suivi des systèmes EMR, et du Dr. Morgane Lejart, responsable du Programme de R&D Intégration environnementale (20%). Les deux instituts – UN et FEM – travaillent ensemble à l’étude de la biocolonisation dans le domaine de l’éolien flottant afin de développer des outils et des méthodologies permettant une meilleure caractérisation de ses effets.

Dans ce contexte, le candidat devra :
• Utiliser et tester des algorithmes qui permettent la reconnaissance automatique des espèces qui composent le biofouling pour mesurer 2 variables importantes (couverture et rugosité) d’une base de données d’images construite à partir des travaux du projet ABIOP+,
• Assimiler et comparer les deux algorithmes développés par l’UN afin d’analyser les avantages des différents algorithmes en se concentrant sur l’apprentissage profond comme alternative au modèle initial basé sur l’analyse de la texture,
• Mesurer la capacité de détection des algorithmes en les testant dans des environnements virtuels en suivant le protocole élaboré par l’UN et ses collaborateurs,
• Travailler en collaboration avec les hydrodynamiciens de l’équipe afin d’identifier la précision de mesure des variables géométriques en regard de l’influence hydrodynamique du biofouling.

L’objectif final est d’améliorer la mesure de variables cruciales du biofouling, en particulier la rugosité de la biocolonisation, sur la base de l’analyse d’images prises dans différents environnements (i.e. montrant une luminosité ou une turbidité variable).
Pour mener à bien ce programme, le candidat aura accès à une base d’images in situ. De plus, le candidat travaillera au sein du consortium multidisciplinaire du projet ABIOP+ qui fournira une expertise complémentaire en modélisation probabiliste, interactions fluides-structures, écologie benthique, biologie marine, caractérisation des matériaux, biocorrosion,…

Modalités de candidature

Type de contrat : CDD de 18 mois
Date de démarrage : Automne 2020, dès que possible
Date limite de candidature : 23 septembre 2020

Veuillez adresser votre CV et lettre de motivation à l’adresse suivante : contact@ite-fem.org