Description du poste

Missions

L’objectif du stage est d’exploiter des données photo du biofouling acquises entre juillet 2021 et mars 2022 pour analyser la composition des communautés d’organismes marins ayant colonisé les bouées. Il s’agira également d’exploiter les données d’épaisseur du biofouling acquises parallèlement aux prises de vue. La base de données, actuellement composée de 300 images et plus de 300 mesures d’épaisseur, sera complétée d’environ 200 entrées entre décembre 2021 et février 2022. Cette base comprend également plusieurs variables environnementales ou techniques (ex. profondeur, dates de maintenance, type de bouée). L’exploitation des photos et l’estimation des surfaces colonisées pourront être réalisées à l’aide de logiciels de traitement d’image en libre accès (ex. ImageJ, Photocad ou CoralCount), celle des données d’épaisseurs à l’aide d’Excel et/ou R, et la représentation spatiale des données à l’aide d’un logiciel de cartographie (ex. QGis). L’analyse conjointe de ces données permettra d’explorer la variabilité spatiale du biofouling et de répondre spécifiquement à plusieurs questionnements scientifiques :

  • Quelle est la répartition spatiale de différentes caractéristiques du biofouling (composition, espèce dominante, structure en taille des moules, épaisseur) ?
  • Quel lien entre les variables environnementales (sonde, éloignement de la côte, distance entre point de suivi et embouchure de la Loire, etc.) et les tendances observées ?
  • Quelle est l’influence de l’exposition à la prédation par des invertébrés mobiles ?

La participation du.de la stagiaire à des missions en mer et à des manipulations expérimentales (relevés de biofouling, mesures d’épaisseur, de biomasse…)

Ce stage sera encadré par Nolwenn Quillien (France Energies Marines), Antoine Carlier et Kada Boukerma (Ifremer).

Modalités de candidature

CANDIDATURE EN LIGNE