Deux niveaux de priorité pour structurer la Feuille de route :

Priorité 1 :

Les thématiques de priorité 1 sont des enjeux de développement stratégiques pour une masse critique importante de partenaires académiques et industriels du territoire, portés par une dynamique nationale et/ou internationale.

      • Focalisation des outils WEAMEC de soutien à la recherche et innovation (Appels à Projets, Groupes de réflexion thématiques, etc.)
      • Utilisation stratégique des outils nationaux et Européens (Appels à Projets, Groupes de travail, Lobbying, etc.)

Priorité 2 :

Les thématiques de priorité 2 permettent de fournir de l’activité à des partenaires académiques ou industriels du territoire en valorisant leurs compétences.

      • Utilisation des outils nationaux et Européens selon les opportunités
      • Moins prioritaire sur les outils WEAMEC en cas de concurrence avec des projets de priorité 1.

 

Feuille de route « Recherche et Innovation » du WEAMEC :

Priorité 1 :

  • Réduire le LCOE :
  1. de l’éolien posé, par augmentation de la puissance et taille des éoliennes, et en particulier en conditions extrêmes et complexes (sols durs, houle de forte amplitude,…),
  2. des éoliennes flottantes (dont augmentation taille et puissance, dont « kite », dont système flottant autonomes en haute mer,…) et sous-stations flottantes.
  • Faire progresser l’énergie houlomotrice par des concepts en rupture et/ou par couplage à d’autres sources d’énergie, pour des applications d’autonomie énergétique en mer, ou d’alimentation de sites non raccordés au réseau.
  • Amplifier les compétences fortes de l’écosystème et porter l’effort sur les briques transversales clés innovantes :
  • Amplifier le développement de certaines compétences fortes de l’écosystème :
  1. Modélisations multiphysiques couplées des parcs et des structures à la mer(ressources / aérodynamique / hydrodynamique / mécanique / sol / électrique),
  2. Automatique avancée de contrôle-commande des systèmes énergétiques,
  3. Géotechnique et géophysique marine,
  4. Matériaux (composites, bétons, métalliques) : technologies avancées de production et comportement en environnement marin. Modélisations associées.
  5. Bio colonisation des structures marines (modélisation, caractérisation, tests en mer,…),
  6. Monitoring de l’évolution des structures en mer, corrélées aux conditions d’environnement, et stratégies de maintenance associées,
  7. Collisions navires structures EMR,
  8. Logistique du port à la mer,
  9. Sciences Humaines et Sociales  pour le partage des usages, les co-activités et acceptabilité des technologies EMR.
  • Pour porter l’effort sur des composants clés à forte valeur ajoutée permettant un transfert à terme vers le tissu industriel régional
  1. Outils avancés pour l’ingénierie (machines et parcs – conception, fabrication et logistique),
  2. Systèmes d’ancrage,
  3. Câbles dynamiques et raccordement électrique,
  4. Structures métalliques, composites et bétons (posées, flottantes, pales,…)
  5. Dispositifs de stockage de l’énergie et gestion de la qualité du courant, couplage H2
  6. Dispositifs de caractérisation des sites (ressources et impacts), et de monitoring des structures en mer,

 

Priorité 2 :

Prendre de l’avance sur les technologies EMR moins matures, comme:

  • l’hydrolien,
  • l’énergie thermique des mers (ETM),
  • l’énergie houlomotrice pour les applications connectées au réseau,

en valorisant les compétences de l’écosystème WEAMEC auprès de leaders nationaux ou internationaux.

Pour chacune de ces priorités, une analyse des contextes international, français et régional a été réalisée pour étayer les choix réalisés.

 

Il en découle :

 

5 défis sur l’axe Recherche  :

 

  • Modélisation et Simulation multi-physique et approches systèmes : simulations océaniques et météorologiques, mécaniques et physico-chimiques (matériaux, …), modélisation du couplage fluide-structure-sol, réalité virtuelle pour la maintenance, modélisation globale de la ressource au réseau, approche système, optimisation.
  • Expérimentation du modèle réduit au prototype : bases de données expérimentales, modélisations physiques et expérimentales de composants ou de systèmes complets (modèles réduits et in situ).
  • Evaluation et maîtrise des impacts environnementaux et sociétaux : descripteurs des impacts EMR, observation et suivi de l’environnement, intégration des sciences humaines et sociales,…
  • Maîtrise des risques, fiabilité, exploitation et cycle de vie : sollicitations, structures instrumentées, auscultation, fiabilité et cycle de vie, traitement des données,…
  • Matériaux avancés et structures EMR : choix des matériaux, procédés de fabrication, fiabilité matériaux, démantèlement, recyclage.

 

 

6 défis sur l’axe Innovation  :

 

  • Caractérisation de l’environnement et de la ressource : évaluation de la ressource, caractérisation des sols, choix d’implantation, effet de sillage, choix d’architecture en phase amont, études des impacts environnementaux,…
  • Modélisations, simulations et expérimentations pour l’étude du modèle technologique et économique de production : architecture amont, étude du couplage fluide structure / chargements, modélisations physique, simulation mécanique, simulation, méso-échelle, expérimentations échelles réduites et échelle 1,…
  • Optimisation des processus de production (usine du futur) et choix des matériaux
  • Connexion et intégration au réseau : connaissance et méthodes de calcul des efforts hydrodynamiques sur les équipements sous-marins dont le câble dynamique, infrastructures des sous-stations, stockage,…
  • Méthodologies et modèles numériques pour la « supply chain », la logistique portuaire et la pose en mer
  • Méthodes et outils de gestion des risques et de surveillance, instrumentation, monitoring, contrôle commande.

 

Vos commentaires sur cette synthèse :