Ruptures scientifiques et innovation

  •  Il n’existe pas encore d’outil précis capable d’évaluer la stratégie de contrôle de fermes d’hydroliennes posées ou flottantes, le projet permet donc de prendre de l’avance sur la brique contrôle dans cette thématique.
  • Il n’existe pas non plus d’outil à l’échelle de la ferme pour la simulation de fermes d’éoliennes flottantes et l’évaluation de leurs stratégies de contrôles (objectif d’un outil mature visé à 5 ans).
  • La précision du solveur fluide utilisé dans cet outil est supérieure à celle utilisée dans l’état de l’art (par exemple SOWFA).

Impact technique et économique attendu

  • Fournir un outil d’aide à la décision pour les entreprises souhaitant optimiser la stratégie de contrôle de leurs fermes d’éoliennes ou d’hydroliennes.
  • Promouvoir la prise en compte du contrôle dans les projets de recherche éoliens et hydroliens
  • Le projet ECOSFARM permettra à D-ICE de disposer d’un outil pour évaluer les contrôleurs qu’ils développent avant leur installation en conditions réelles en mer et donc d’améliorer la qualité des services qu’ils proposent. Cette brique technologique leur permettra de renforcer leur récent positionnement dans le secteur de l’éolien et de l’étendre au secteur de l’hydrolien.

Dates clés du projet

  • Septembre 2018 - Début du projet
  • Septembre 2020 - Fin du projet

Résultats

VALIDATION DU COUPLAGE WCCH-FAST SUR LE CAS D’ÉOLIENNE NREL 5MW

Cette figure est une comparaison des résultats obtenus en utilisant le couplage WCCH-FAST avec les résultats de FAST seul. Dans cette optique, nous regardons 4 jauges positionnées le long d’une pâle qui nous permettent de surveiller les forces le long d’une pâle (Fx, Fy), l’angle de pitch de la pâle (β), la vitesse de rotation de l’éolienne (Ω), le couple du rotor (Trot) et la puissance générée par la turbine (Pgen).

LA PHYSIQUE CAPTURÉE PAR WCCH-FAST

Cette figure montre les tourbillons de bout et de pied de pâle et certains effets 3D capturés par WCCH-FAST. Sur la photo en bas à gauche, les flèches noires montrent les tourbillons de bout et de pied de pâle générés par le couplage. Ces tourbillons sont provoqués par les contraintes de cisaillement à ces emplacements et sont typiques des rotors.

 

 

Sur les deux autres images, on peut observer les effets 3D se produisant sur les pâles. Le couplage de la CFD avec une méthode Blade Element permet de dépasser la condition d’indépendance entre les éléments de pâle des modèles BEMT et donc de mieux représenter la physique.