Innovation

Geps Techno est une société d’ingénierie dans les énergies marines renouvelables particulièrement innovante. Sa spécificité est de chercher à développer  des solutions  résolvant les problèmes d’autonomie énergétique en mer.

L’entreprise a notamment développé des solutions techniques exploitant sur un même dispositif plusieurs énergies marines renouvelables (houle, soleil, courant, vent) et y associant des système de stockage de l’énergie permettant un « lissage » de l’énergie électrique produite.

Ce type de plateforme doit permettre de répondre à des applications d’autonomie énergétique en mer pour les secteurs de l’aquaculture, de l’offshore pétrolier et comme groupe électrogène pour l’éolien en mer,… ainsi que l’alimentation électrique des iles et des zones côtières non ou mal interconnectées.

 

La société a également développé des stabilisateurs de navire récupérant l’énergie de la houle. selon Geps Techno, ce dispositif doit permettre une réduction de 3 % de la consommation de carburant. Ainsi, l’Ifremer a équipé son navire scientifique Thalassa avec ce stabilisateur intelligent.

Ces solutions sont des alternatives aux solutions d’autonomie énergétiques en mer s’appuyant sur la consommation de diesel.

A ce jour, Geps techno a donc déjà développé plusieurs produits et services.

Chronologie

2011

Création de Geps Techno, société d’ingénierie dans les énergies marines renouvelables » par trois « anciens » des chantiers STX.

2013

Geps Techno est lauréat du prix :  Audacity 2013.

2014

Geps Techno remporte de nouvelles récompenses :  le prix  Crisalide 2014 et le  concours Cleantech open 2014.

2015

L’équipe s’agrandit et passe à 7 collaborateurs.

Geps Techno remporte le concours National sur les Pepite Tech/ Cleantech,catégorie « Energies intelligentes ».

Le projet IHES est initié en 2015 par Geps Techno, entreprise des Pays de la Loire, sur la base de sa propre technologie de récupération de l’énergie des vagues à partir du mouvement d’un flotteur. Il comporte deux volets :

  • Le développement d’une solution de stabilisation de navire à récupération d’énergie dont le prototype navigue sur le navire Thalassa de l’Ifremer depuis Septembre 2016.
  • Le développement et la démonstration d’une plateforme autonome, nommée WAVEGEM, en énergie moyenne puissance et la réalisation d’un prototype de 21m x 14m x 7m de haut et possédant une puissance installée de 150 kW. Les tests seront réalisés en mer ouverte, sur le site d’essais français multi-technologies au large du Croisic, le SEM-REV de Centrale Nantes.

Le développement du prototype a été mené par un consortium de partenaires : Geps Techno, IFREMER, Centrale Nantes, Chantiers de L’Atlantique, Blue solutions, SNEF et ICAM.

Juin 2016

Grâce à sa campagne de levée de fond, la société reçoit un fond d’1 million d’euros. L’entreprise bénéficie également d’un soutien de Bpifrance pour soutenir le travail de R&D à hauteur de 1 million d’euros. Un directeur commercial rejoint l’équipe afin de renforcer l’ouverture de Geps Techno à l’international.

Août 2016

La société compte 15 collaborateurs.

Juin 2018

Une nouvelle levée de fond de deux millions d’euros (en deux étapes), complétés par 1 million supplémentaire de la Bpifrance lors de la mise à l’eau du prototype, permettent de lancer la construction de la plateforme autonome  de 150 kW dans le cadre du programme de R & D IHES (Integrated Harvesting Energy System).

Le prototype doit être testé pendant 18 mois sur le site d’essais en mer SEM-REV de Centrale Nantes. Plusieurs acteurs participent à ce projet collaboratif : Les chantiers de l’Atlantique (anciennement STX), SNEF, IFREMER, Centrale Nantes, ICAM Nantes et Blue Solutions.

Octobre 2018

La construction du prototype d’énergies à vague de 150 kW est en cours sur le site de Saint-Nazaire (Loire Atlantique). Plusieurs entreprises concourent à la construction du prototype : Mécasoud fabrique les coques, les Chantiers de l’Atlantique sont en charge de la peinture et du contrôle de la qualité et SNEF de la pourvoirie tandis que ENTECH Smart Energies s’occupe de la conversion d’énergie.

GEPS Techno wave energy device under construction (Photo: Centrale Nantes) 2018

 

Décembre  2018

Le prototype d’e récupération de l’énergie des vagues WAVEGEM de 150 kW est inauguré dans le port de Saint Nazaire.

Photo Centrale Nantes

La plateforme WAVEGEM permet de démontrer la technologie en conditions opérationnelles et de développer les outils de conception et notamment les modèles numériques qui permettront d’optimiser les produits de demain. Les innovations de ce programme sont nombreuses : stockage d’énergie hybride (batteries et supercapacités), stabilisation pilotée, régulation sans capteur mécanique…

WAVEGEM est l’un des lauréat du 1er AAP FORESEA, programme de financement européen qui permet aux développeurs de technologies EMR d’accéder aux sites d’essais en mer

La plateforme pèse 200 tonnes. Elle comporte 6 turbines et 68 m2 de panneaux solaires pour 150 kW de capacité installée.

Le dispositif sera testé en mer sur le site d’essais SEMREV de Centrale Nantes

Août 2019

Le plateforme hybride de GEPS technologie WAVEGEM® , qui combine énergie solaire et houlomotrice, a quitté le port de Saint-Nazaire pour des tests en mer sur le site d’essais SEMREV de Centrale Nantes en France.

L’opération a été coordonnée par SeRenMar – Ship As A Service® depuis le départ du port jusqu’à l’installation sur site. SeRenMar – Ship. L’opération de raccordement de la plateforme à ses 4 lignes d’ancrage utilisant des matériaux synthétiques  fournies intégralement par Le Beon Manufacturing hormis les ancres fournies par Vryhof a eu lieu en moins de 6h avec des moyens d’intervention légers par rapport au standard de ce type d’opération, car seuls deux navire de faible tonnage onté été utilisés,  le JLD Ambre de LHD et le Miniplon d’Atlantique Scaphandre. Les 4 lignes d’ancrage  avaient été préalablement installées dès le mois de Juillet 2019 sur le site d’essais SEMREV en 2 jours. Ceci est un élément différentiant de la technologie développée par GEPS au regard de la plupart de ses concurrents. D’autre part, le retour d’expérience de ces opérations va  permettre d’alléger encore les moyens engagés ce qui est un point-clé pour un déploiement dans des zones très isolées et de poursuivre la réduction des coûts de l’énergie produite.

Les 18 mois de test en mer qui débutent sont la dernière étape avant la commercialisation de la technologie, selon GEPS Technologie.

Le but de ces essais est également de valider la performances des différents sous-systèmes en tant que brique technologiques pour le  projet M-Liner qui combine plusieurs sources d’énergies renouvelables en mer (solaire, vent, vagues, courant) sur une seule et unique plateforme pour produire de l’électricité pour les applications nécessitant un groupe électrogène autonome en mer, ainsi que l’alimentation des  îles ou des zones côtières non interconnectées.

 

Vos commentaires sur cette synthèse :