Ruptures scientifiques et innovation

Ce dispositif permet d’investiguer les solutions fibres optiques pour le SHM des structures à la mer. Ces solutions sont particulièrement intéressantes dans ce contexte d’application car la fibre optique présente l’intérêt d’être insensible à l’environnement marin et insensible aux perturbations électromagnétiques potentiellement produites par environnement (câble de transport d’énergie, turbine, génératrice).

Impact technique et économique attendu

D’un point de vue technique la technologie de mesure (appareil) est mature, ce qui l’est moins c’est l’intégration des fibres optiques (comme beaucoup d’autre capteurs d’ailleurs) dans les structures en mer, cet appareil vient donc permettre aux acteurs locaux de tester des solutions de monitoring intégrées soit par des acteurs académiques (SURFFEOL, OMDYN, OMDYN2) soit par des intégrations proposées par des industriels de la mesure. Dans ce dernier cas, un partenaire du WEAMEC pourra faire appel à l’Université de Nantes pour exploiter temporairement l’appareil de mesure sans être dans l’obligation d’acheter l’appareil afin de valider la technologie proposée par leur fournisseur.

Dates clés du projet

  • Décembre 2017 - Achat et livraison
  • Janvier 2018 - Mise en fonctionnement des appareillages
  • Année 2018 - Exploitation en mesure

Résultats

L’appareil de mesure a été exploité temporairement sur l’instrumentation Imaréco (2 conférences et 1 article soumis).

L’appareil est utilisé actuellement pour qualifier des capteurs achetés par l’Université de Nantes auprès de fabricants (étalonnage en température et déformation). Ces derniers capteurs étalonnés sont en cours d’intégration sur des versions de laboratoire d’un capteur 3D « sentinelle » breveté et qui à termes devrait permettre de surveiller le comportement du béton en environnement marin (mesure du tenseur 3D de déformation) .